1er juin 18h – Maison de Chateaubriand

 

« Littérature des Images » ou « littérature des Idées » ?
Animée par Jacques-David Ebguy (Université Paris Diderot)

Le thème : « Littérature des idées » vs « Littérature des images » : formulée par Balzac, l’opposition, de Chateaubriand à George Sand, de Mme de Staël à Hugo, court tout au long du XIXe siècle. D’un côté, prolongeant le XVIIIe siècle philosophique, une littérature abstraite, une écriture sèche, analytique, orientée par la raison, de l’autre, une littérature des passions, du rêve, une écriture du lyrisme et de l’image. Faut-il « convaincre par la raison » ou « entraîner par l’imagination » ? Faut-il se méfier des outrances de l’imagination ou en célébrer le pouvoir d’éclairage, la force d’emportement ? Entre les deux voies, la littérature française – poésie, récit ou prose d’idées – oscille ou vise une forme de synthèse (les idées avec les visions).

Cette deuxième rencontre-débat se propose de préciser les termes de cette opposition, sur laquelle nous vivons encore, d’en suivre les manifestations dans notre modernité et d’en mesurer les enjeux à la fois esthétiques, philosophiques et idéologiques, dans un temps de démocratisation et de sécularisation.

Les intervenants :

Philippe Dufour, professeur de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Tours, chercheur associé à l’Institut des textes et manuscrits du CNRS, est rédacteur en chef de la revue électronique flaubert.revues.org et a notamment publié Le Roman est un songe (Seuil, 2010), et La Littérature des images (La Baconnière, 2016). Il travaille désormais sur la façon dont le réalisme pense la démocratie.

Françoise Mélonio, professeur émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne, ancienne directrice des études et de la scolarité de Sciences Po Paris, est spécialiste de Tocqueville et de l’Histoire intellectuelle et littéraire du XIXe siècle. Elle achève actuellement la publication des Œuvres complètes de Tocqueville (Gallimard) et participe à l’édition des œuvres de Benjamin Constant.

Informations pratiques : Jeudi 1er juin à 18h dans la bibliothèque de la Maison de Chateaubriand. Gratuit mais sur réservation au 01 55 52 13 00 ou reservations-chateaubriand@hauts-de-seine.fr

Le Prix Sévigné couronne le travail de Marie-Bénédicte Diethelm

mb-diethelm

Le 8 mars 2017, au musée Eugène Delacroix à Paris, le prix Sévigné a couronné l’édition des Lettres de Alexandre de Humboldt à Claire de Duras. Cette correspondance inédite est préfacée par Marc Fumaroli de l’Académie française, présentée, établie et annotée par Marie-Bénédicte Diethelm, spécialiste de Balzac et de Chateaubriand. Marie-Bénédicte Diethelm est notamment l’éditrice des romans inédits de Mme de Duras, dont les manuscrits étaient demeurés introuvables depuis la mort de la duchesse: Olivier ou le Secret (in OurikaÉdouard et Olivier ou le Secret, Gallimard, coll. « Folio classique », 2007), Mémoires de Sophie suivi de Amélie et Pauline (Manucius, 2011).

Alexandre de Humboldt (1769-1859), né à Berlin, voyageur, géographe, naturaliste – de qui Chaptal disait qu’il possédait toutes les sciences –, passa plus de vingt ans de son existence à Paris. Il y rédigea et publia en français son Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent (30 volumes), après avoir parcouru la partie nord de l’Amérique espagnole de 1799 à 1804 en compagnie du botaniste Aimé Bonpland. Ami de Gay-Lussac, d’Arago, de Cuvier, de Prony, ferme partisan de Champollion, constant soutien du peintre François Gérard, le grand géographe (dont le génie va « presque au-delà des limites accessibles à une intelligence humaine ») est également accueilli avec enthousiasme dans les salons de Paris.
Adversaire déterminé de l’esclavage, Alexandre de Humboldt a noué des liens étroits d’amitié avec Claire de Duras – le futur auteur d’Ourika – dès 1814. Grande figure de la Restauration, la duchesse de Duras (1777-1828), fille d’Armand de Kersaint, girondin guillotiné en 1793, anime le salon le plus en vue de son époque. On y voit Chateaubriand, Mme de Staël, Talleyrand, Pozzo di Borgo, Wellington, Rostopchine, Abel-Rémusat, Lizst encore enfant… Si Chateaubriand est le grand amour platonique de Mme de Duras, qui le soutient dans toutes ses entreprises politiques et littéraires, Alexandre de Humboldt est celui dont l’amitié se révèle la plus sincère et la plus fidèle. Chateaubriand s’éloignera peu à peu, avant tout préoccupé de l’édification de sa propre statue.
À un lectorat qui n’est pas nécessairement familier d’Alexandre de Humboldt et de son œuvre, nous voudrions présenter le plus grand savant voyageur qui ait jamais vécu – selon Darwin – tel qu’il apparut aux cercles savants et mondains de Paris pendant le premier tiers du xix e siècle. Ses lettres à Claire de Duras, de leur rencontre à la mort de celle-ci le 16 janvier 1828, sont un témoignage éclatant de la réunion de deux intelligences, liées par la générosité, la grandeur, l’impartialité, à un moment historique singulier où « l’esprit français » rayonne sur l’Europe et le monde.

Alexandre de Humboldt
Lettres à Claire de Duras (1814-1828)
Correspondance inédite, présentée, établie et annotée par Marie-Bénédicte Diethelm
Préface de Marc Fumaroli de l’Académie française.
Éditions Manucius, mai 2016.

Nous vous recommandons :

Une vraie réflexion sur la création littéraire,                                                                                         le film est toujours programmé au cinéma Étoile saint-Germain-des-Près

CITOYEN D'HONNEUR LES MARDIS DE LA PHILO V2

Hommage

Jeudi 19 janvier à partir de 12h30, les Cinémas Étoile rendront un dernier hommage à leur programmateur, brutalement disparu la semaine dernière.

Par conséquent, il n’y aura pas de pause entre les 2 conférences de la matinée. Jean Delabroy débutera son intervention à 11h pour la terminer à 12h25 afin que la salle soit entièrement libérée à 12h30 précises. Nous vous remercions pour votre compréhension

Au théâtre en ce moment:

La Chute d’Albert Camus

Adaptation de Catherine Camus et François Chaumette, mise en scène et avec Ivan Morane

Au théâtre du Lucernaire du 18 janvier au 4 mars 2017 à 19h

            capture-decran-2017-01-13-a-23-26-08

Bérénice de Jean Racine

Mise en scène Jacques Osinski

Au théâtre de Suresnes du 24 au 28 février 2017

capture-decran-2017-01-13-a-23-39-25

Prix littéraires 2016

Après le Prix Nobel de littérature 2016 attribué à Bob Dylan     bob-dylan-1

Le Prix Médicis 2016 va à Yvan Jablonka pour Laetitia ou la fin des hommes (Seuil) qui a déjà reçu le Prix Transfuge du meilleur essai et le Prix littéraire du Monde
yvan-jablonka

Le prix Renaudot 2016 est décerné à Yasmina Reza pour Babylone (Flammarion)yasmina-reza

Leïla Slimani reçoit le Goncourt pour Chanson douce (Gallimard), son 2ème romanleila-slimani

 

jeudi 6 octobre 2016

9h15 à 10h45 – Dostoïevski, vertiges pour temps troublés – Michel Eltchaninoff michel-eltchaninoff

Pause café en présence des librairies Gallimard

11h à 11h30 – Alexandre de Humboldt, Lettres à Madame de Duras –                                 Marie-Bénédicte Diethelm  mb-diethelm

11h30 à 13h – Jean Racine ou l’incantation dramatique – Patrick Dandrey   Dandrey

 

Conférence exceptionnelle: 6 octobre 11h

Marie-Bénédicte Diethelm donnera une conférence exceptionnelle sur Alexandre de Humboldt, savant voyageur, et ses Lettres à Claire de Duras, correspondance inédite qu’elle publie aux Éditions Manucius.

jeudi 6 octobre 2016 à 11h  au cinéma Étoile Saint-Germain

Docteur en droit et en littérature, Marie-Bénédicte Diethelm est spécialiste de François-René de Chateaubriand, de Claire de Duras et d’Honoré de Balzac auquel elle consacra sa thèse de doctorat en littérature. Elle est membre du Groupe d’Etudes Balzaciennes et du Comité de direction de la Société des Amis de Balzac.

Capture d’écran 2016-04-20 à 22.43.24

 

Visite privée de la Maison de Balzac – 24 juin

Capture d’écran 2016-06-20 à 21.33.32
Monsieur Yves Gagneux, directeur de la Maison de Balzac et Boris Lyon-Caen, professeur de littérature, spécialiste de Balzac et du XIXème siècle, organisent une visite privée de la maison réservée aux auditeurs des Matinées de la Littérature.

Vendredi 24 juin à 10 heures

Inscription obligatoire au 06.11.84.16.40
Le nombre de participant est limité à 25

2ème saison

Chers amis,

Nous sommes très heureux de vous présenter le programme de la deuxième saison des Matinées de la Littérature.

Cette année nous étudierons deux immenses auteurs, l’un français, l’autre russe : Jean Racine et Fiodor Dostoïevski, et deux problématiques : l’apparition des petites gens dans les différents genres littéraires et les liens que la Littérature entretient avec l’Histoire.

Nous accueillerons deux nouveaux conférenciers :

Patrick Dandrey, spécialiste de la Littérature française du 17ème siècle et Michel Eltchaninoff, grand connaisseur de la pensée russe.

Nous espérons vous retrouver nombreux dès le 6 octobre et vous souhaitons un très bel été.

Cécile du Verne
Boris Lyon-Caen

 

Conseils de lecture de nos professeurs

Balzac/Stendhal : le roman à l’honneur.

balzacstendhal2

– Honoré de Balzac, La Cousine Bette, Gallimard, Gallimard, coll. « Folio », 2007
– Honoré de Balzac, L’Épicier. Le Notaire, éd. Manucius, 2009
– Honoré de Balzac, Les Parisiens comme ils sont, G.-F., 2014
– Philippe Berthier, Stendhal. Vivre, écrire, aimer, éd. de Fallois, 2010
– Gérard Gengembre, Balzac. Le Napoléon des lettres, Gallimard, coll. « Découvertes », 1992
– Julien Gracq, En lisant en écrivant, José Corti, 1980
– Boris Lyon-Caen, Balzac et la comédie des signes. Essai sur une expérience de pensée, Presses Universitaires de Vincennes, 2006
– Stendhal, Le Rouge et le noir, G.-F., 2013
– Stendhal, La Chartreuse de Parme, Le livre de poche, 2000

La littérature libertine du XVIIIème siècle

– Vivant Denon, Point de lendemain, coll. « Folio »
– Louvet, Les amours de Faublas, coll. « Folio »
– Michel Delon, Le Principe de Délicatesse, Albin Michel
– Michel Delon, Diderot cul par-dessus tête, Albin Michel

1600, aux origines de la conscience européenne

Montaigne

– Edition Villey (PUF, Quadrige) en langue originale
– Edition collective, Pléiade, 2007
– Edition modernisée, Quarto, 2009

– A. Tournon Montaigne en toutes lettres 1989
– J. Starobinsky, Montaigne en mouvement, 1982
– J. Lacouture Montaigne à cheval 1996

Shakespeare

– Traduction Bonnefoy (Folio)
– Traduction Markovitz (Babel)
– Traduction Collin (Théâtrales)
– Traduction Deprats (Pleiade)

– P. Greenblatt, Will le Magifique
– Margaret Jones Davies, Le théâtre du monde
– Ian Kott, Shakespeare notre contemporain, Payot, Champs

Cervantès

– Traduction Canavaggio (Pléiade)
– Traduction Shulman (Points Seuil)

– C. Fuentes Cervanres ou la critique de la lecture, 2006
– Graham Greene, Monsignore Quichotte

Jean Delabroy

– Pense à parler de nous chez les vivants, Verticales, 1997
– Dans les dernieres années du monde, 2005, Verticales
– La Séparation des songes, Tapuscrit, 2010

Vivre avec les livres

Robert Antelme, L’Espèce humaine

Erich Auerbach, Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale
Jean-Christophe Bailly, Le Dépaysement. Voyages en France
Roland Barthes, Comment vivre ensemble. Simulations romanesques de quelques espaces quotidiens

Walter Benjamin, Enfance berlinoise
Walter Benjamin, Je déballe ma bibliothèque
Maurice Blanchot, L’Amitié

Patrick Boucheron et Mathieu Riboulet, Prendre dates (Verdier, 2015)

Elis Canetti, La Langue sauvée

Barbara Cassin, La Nostalgie – quand donc est-on chez soi ?

Paul Celan, La Rose de personne

Josef Czapski, Proust contre la déchéance. Conférences au camp de Griazowietz (1940-41) (Noir sur Blanc, 2011)

Georges Didi-Huberman, Images malgré tout
Maylis de Kérangal, A ce stade de la nuit
Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être (Gallimard, 2011)
André Malraux, L’Homme précaire et la littérature,
André Malraux, Le Musée imaginaire
Pierpaolo Pasolini, Qui je suis
Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes
Jean Paulhan, La Vie est pleine de choses redoutables
Rainer Maria Rilke & Balthus, Mitsou, histoire d’un chat
Georges Perec, Penser, classer
Jorge Semprun, L’Ecriture ou la vie
Judith Schlanger, La Mémoire des oeuvres

Source : à voir, à lire